Ma cabine d'essayage | Le déséquilibre

 

 

Je vous ai laissé sur cette phrase…

 

«  L’équilibre se trouve dans le déséquilibre.  »

 

Je vous le donne en mille, l’équilibre parfait et permanent n’existe que dans nos rêves les plus fous.

 

Demeure alors le déséquilibre. 

 

Le plaisir d’avoir l’impression d’être parfaitement déséquilibré. Ce sentiment absolument délicieux, que l’on ressent, lorsqu’on se lance dans un nouveau projet très excitant.

 

 

"La nature de l'art est de se mettre en danger"

- Anselm Kiefer

 

Quand je fais de la création, je pars d’un thème ou d’une idée, sans trop savoir où je vais.

 

Pour ce projet, je puise mon inspiration auprès d’un grand artiste du passé.

 

Il y a environ 500 ans, le 2 mai 1519, s'éteignait Léonard de Vinci. À la fois peintre, ingénieur et philosophe, le génie de la Renaissance a révolutionné le monde de l'art.

 

Je veux explorer l'univers de Léonard de Vinci.

 

Pour commencer, j’avoue que je suis fasciné par l'artiste toscan.

 

Être fasciné par Léonard? Quoi de plus naturel me direz-vous.

 

Je suis aussi intimidé…


 



Léonard de Vinci : ou l’art de se mettre en danger


Un jour, j’ai décidé de lancer dans le vide… artistiquement, bien sûr !


Ça fait un peu partie de ma nature. Quand j’ai peur de quelque chose, j’ai tendance à le faire. Je persiste à croire que c’est la meilleure cure de jouvence.



Être un artiste c’est aussi oser prendre des risques


Je suis de ceux qui croient qu’un artiste doit se mettre en danger pour continuer.


Il me faut juste ouvrir une autre porte vers quelque chose d’inconnu.


À l’heure actuelle, je ne sais pas encore vraiment vers où cela va me conduire.



Tout commence par ces deux questions :


Et si Léonard de Vinci revenait au monde?


Et si Léonard de Vinci revenait au monde comme photographe?



À suivre!


Pour lire l'article précédent : Prélude


Pour lire le prochain articleLe mystère résiste