Progresser en photo, c'est possible !

Progresser en photo, c'est possible !


Aujourd’hui je vous propose un billet un peu spécial. Pour une rare fois, je vais vous parler un peu de moi…


Non, je ne vais pas vous montrer ce que je mange pour diner, vous parler de mes goûts musicaux ou faire l’éloge de mon nombril.


Je vais plutôt vous parler de mon parcours de photographe, de mes débuts à aujourd’hui. 


Je pense que mon parcours pourrait aider certains.


Ce n’est pas nécessaire de déplacer des montagnes pour progresser en photo. En lisant vos commentaires, je me rends compte que vous êtes parfois un peu désabusés, en manque de motivation, et que vous ne savez pas toujours par quel bout commencer.  


Certaines personnes s’imaginent que faire de belles photos est un parcours complexe ou pire, un objectif inaccessible.


J’ai fait mes débuts en photo avec un Canon TLB. Un reflex argentique. Les premiers mois avec mon reflex étaient riches en découvertes.


J’arrivais à faire de jolies photos, mais elles avaient peu d’intérêt en dehors du cercle familial ou des amis.


Quelques années plus tard, vint enfin mon premier appareil photo « expert », un Nikon D801 !


J’ai cru naïvement qu’avoir un bon appareil photo allait faire de moi un bon photographe. Voilà une idée bien ancrée que les fabricants d’appareils photo entretiennent savamment…


C’est un peu comme se dire qu’en jouant avec le même bâton que Sydney Crosby, on va devenir aussi bon que lui.


Prendre de belles photos n’est  une question de matériel. Un bon appareil photo aide à prendre de meilleures photos dans certaines situations seulement.



Tout dépend de comment on utilise ce matériel.


Pensez-vous vraiment que le meilleur des reflex va composer des photos saisissantes à votre place ? 


Qu’il saura saisir le bon moment pour appuyer sur le déclencheur ? 


La course à l’équipement est une illusion. 


Il y a vingt ans, plusieurs  photographes n’auraient même pas osé rêver des fonctionnalités offertes par les reflex d’entrée de gamme d’aujourd’hui.


Il fallait donc affronter la réalité… le problème venait de moi !


Pas question de rester les yeux croisés, je me suis documenté à l’aide de livres et de magazines. 


La pratique a été le deuxième élément déterminant dans ma progression. En faisant de la photo tous les 36 du mois des années bissextiles, on progresse moins vite.


Enfin, le contact avec des photographes professionnels a été une aide précieuse. Je suis convaincu que l’on progresse rarement seul et que l’on se nourrit des échanges avec les autres. J’ai donc cherché à prendre conseil auprès de photographes plus expérimentés que moi.


Pouvoir s’appuyer sur un pro quand une difficulté se présente est un vrai plus.


Aujourd’hui j’arrive à m’exprimer avec mon appareil photo et à faire des photos qui me plaisent.


Et ça, c’est à mon avis le point le plus important !


On se reparle.